Manager ça s'apprend !

Manager ça s'apprend !

remplacer un collaborateur malade, jusqu'ou va l'exemplarite ?

Dans un cabinet de conseil, en période de pression maximum (échéance fiscale oblige), un collaborateur tombe malade. Le rôle du manager est alors difficile à définir: répartir les tâches parmi les autres (eux-mêmes déjà dans le rush) ou prendre tout ou partie des tâches et les réaliser lui-même ?

L'idéal semble être une troisième solution: faire appel à une ressource supplétive, via l'interim ou l'embauche en CDD... mais si ce marché est tendu (c'est la période fiscale pour tous les confrèeres aussi !), le dilemne reste entier.

Quelle réponse apporter ?

Tout d'abord, en morte saison ou en plein boom, les collaborateurs malades alertent sur le risque de perte de compétences rares. Il convient donc d'anticiper et de faire en sorte que le collaborateur soit remplaçable sur la majeur partie de ses activités en cas d'absence: ses dossiers sont faciles à retrouver, classés avec une logique commune à toute l'entité.

Ensuite le manager, dans l'urgence, pourra suivre les activités du collaborateur et en prendre la suite, le temps de trouver une solution palliative (redistribution des rôles, embauche ponctuelle). S'il n'est pas expert, il répartira les responsbailités les plus pointues parmi les collaborateurs et se chargera de sujets moins pointus.

Enfin, au retour du collaborateur, le manager prendra le temps de "se repasser le film" pour être encore mieux préparé à ce genre de situation.

En tout état de cause, en période de pic d'activité, il ne prendra pas la place du collaborateur, risquant alors de mettre la tête dans le guidon et de laisser passer d'autres dangers sous estimés par manque de hauteur de vue !

Valentine Chapus-Gilbert



14/06/2006
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 110 autres membres